mercredi 10 novembre 2010

Préparation à l'accouchement : sophro #3

Lors de notre dernière rencontre nous avons parlé des divers chemins que peut prendre notre accouchement : le travail débute tout seul, le déclenchement voire la césarienne. Je crois que c'est important de se préparer psychologiquement à chaque éventualité pour ne pas se trouver démunie le jour J.

Au niveau sophro, nous avons travaillé la respiration soufflante (pour les contractions) et nous avons visualisé le début du travail jusqu'à l'arrivée à la maternité. On s'est entraînées à visualiser un rond qui s'élargit au fur et à mesure (pour moi c'est un beau coucher de soleil) ; ça nous aidera lors de la dilatation.
Petit rappel de positions avec le ballon ; il faut absolument que je regonfle le mien!



Je viens de relire le dossier du n°17 de Grandir Autrement sur la péridurale. J'avais envie de revnir un peu sur ce sujet car il me tient à coeur.
Quelles en sont les conséquences? C'est un médicament qui peut avoir divers effets :
- diminution de la sécrétion d'ocytocine, qui est l'hormone qui favorise les contractions utérines donc risque de ralentissement du travail. Mais c'est également l'hormone qui favorise l'attachement mère/bébé.
- diminution de la sécrétion d'endorphines ; c'est quand même bien dommage de se priver de l'hormone que produit notre corps pour lutter contre la douleur.
- inhibition de la production de prolactine, hormone de la lactation.
- limitation de la production d'adrénaline et de noradrénaline qui donne l'énergie de pousser. On constate donc une diminution du réflexe expulsif et par conséquent un risque d'instrumentalisation accru.
- risque d'hypotension maternelle avec des bradycardies tardives chez le bébé (d'où plus de césariennes en urgence).
- augmentation de la température corporelle de la mère qui entraîne une augmentation de la température du bébé et donc une consommation accrue d'oxygène avec risque d'hypoxie et de bradycardie. Et je ne sais que trop bien comment cela fonctionne : une hausse de la température et on suspecte une infection avec mise en place d'un lourd protocole qui aboutit à une séparation des parents et du bébé.
- risque de démangeaisons.
- 10 à 20% de péridurales ne fonctionnent pas correctement (latéralisation ou inefficacité totale) et là comment faire face physiquement et psychologiquement à une douleur à laquelle on n'était pas préparée?
- risque de maux de tête et de lombalgies en post-partum.
- risque de conséquences psychologiques également avec un sentiment de dépossession de l'accouchement.


Il ne faut quand même pas oublier que la douleur dans l'accouchement est physiologique ; ce n'est pas comme dans une maladie ou une intervention chirurgicale : ici, la douleur n'est pas un non sens, c'est l'expression naturelle du corps qui s'ouvre pour laisser passer la vie. D'ailleurs nos ailleules l'appelaient le "mal joli" (je trouve ça mignon).


Pour ma précédente grossesse, je me suis retrouvée confrontée à un anesthésiste lors de la visite du 8ème mois qui m'a prise pour une folle. Il faut savoir que l'hôpital de Bayonne peut se vanter d'avoir 92% de péridurale (contre 63% moyenne nationale en 2003). Combien de femmes ont réellement le choix? quand la péridurale est encouragée par les équipes médicales car c'est plus confortable pour les soignants (nécessite moins d'accompagnement et de présence et donc possibilité de gérer plusieurs accouchements en même temps). Il ne faut pas oublier que c'est un acte qui est facturé et qui donc rapporte,... Les conditions dans lesquelles sont placées les femmes à la maternité (allongées sur le dos, avec un mnito, une perf, un brassard à tension) font que la douleur devient insupportable.



En conclusion, la péridurale est une grande avancée médicale qui devrait rester réservée à certaines situations exceptionnelles. Il faudrait d'abord travailler l'accompagnement, les massages, les positions, les respirations, la relaxation,... Il y a encore du boulot à faire ; pourtant les soignantes convaincues ne manquent pas, c'est le système qui les enferme dans des protocoles. Je lis avec grand plaisir les billets de Dix lunes, une sage-femme qui nous fait part de son expérience et ses inquiétudes sur l'avenir de sa profession.



J'aime beaucoup ce que nous dit souvent Véronique, ma sage-femme ; "que voudrait ton bébé?", je crois que je connais la réponse...

10 commentaires:

  1. La péridurale.... vaste sujet... je trouvais qu'il fallait y recourir puisqu'elle est censée soulager... mais alors que ça fonctionnait, il fallu recommencer car du sang remontait... et après 3 nouvelles tentatives elle ne marchait plus que d'un côté...

    Je me demande si j'en voudrais pour bb2...

    RépondreSupprimer
  2. Euh oui je me doute qu'après une telle expérience on puisse se poser la question...

    RépondreSupprimer
  3. Demander l'avis du bébé. C'est vrai qu'on l'oublie parfois alors qu'il est le premier concerné, c'est bien de le rappeler ainsi, je trouve.

    RépondreSupprimer
  4. A vrai dire on ne pense d'ailleurs jamais à lui demander son avis je crois...

    RépondreSupprimer
  5. Tout ce que tu écris est plein de bon sens et de vérité. Je suis d'accord avec beaucoup de conséquences de la péridurale que tu cites de part l'expérience que j'ai vécu pour Mlle. Je vais tout faire pour me préparer à vivre un accouchement sans péri pour bébé2 et penser à lui, justement, est une excellente idée :-)

    RépondreSupprimer
  6. Oui et puis en plus ce coup-ci tu es au courant qu'un bébé qui regarde vers les étoiles ça fait mal aux reins donc tu l'appelleras de l'autre côté pour qu'il soit bien positionné ;)

    RépondreSupprimer
  7. salut moi aussi j'aimerai ne pas avoir la péridurale mais je ne suis pas beaucoup aidé avec ma sage-femme,on ne parle pas de la respiration et de l'accompagnement avec notre enfant.

    RépondreSupprimer
  8. Bonsoir Nanie,

    Tu fais quoi comme prépa?
    Tu pourrais essayer d'aborder la question avec ta sage-femme... en la sollicitant elle aura peut-être des conseils à te donner.

    Tu dois accoucher quand?

    RépondreSupprimer
  9. bonsoir...
    c'est le 3eme commentaire que je laisse...c'est rare ;-) mais je me retrouve beaucoup dans tous vos articles sur l'accouchement....
    nos histoires sont différentes...et c'est grâce à mon "passé" ou devrais je dire mon vécu que je veux vivre le prochain accouchement le plus naturellement possible...alors que vous c'est une vraie réflexion...bravo...
    ceci dit moi aussi on me prend pour une folle quand je dis que je ne veux pas de péridural pour cet accouchement...
    encore merci pour tous vos articles

    RépondreSupprimer
  10. Il n'y a plus qu'une chose à vous souhaiter alors c'est un accouchement doux et naturel...
    Merci pour votre visite et vos commentaires

    RépondreSupprimer