dimanche 3 février 2013

AAD, le choix ou pas...

Lundi 10 septembre 2012

Voilà 4 mois qu’un petit être grandit en moi. Très vite après le début de cette grossesse, une idée s’est imposée à moi : je souhaite accueillir ce petit bébé dans notre maison.
Cela fait 4 ans que j’ai découvert l’existence de l’AAD (accouchement à domicile) mais jusque-là je pensais que ce n’était pas pour nous. Cette décision n’est pas liée à mes précédents accouchements, qui se sont bien passés. C’est plutôt un cheminement : l’envie de rester dans notre cocon douillet qu’on a passé tant de mois à construire, l’envie de ne pas rester seule à la maternité (même si c’est pour quelques heures), l’envie de ne pas à avoir à expliquer mes désirs le jour J à une sage-femme qui ne me connaîtra pas. Au fur et à mesure de mes lectures, j'ai également pris conscience que, malgré tout ce que j'avais pu mettre en place, la physiologie de la naissance n'a pas été totalement respectée et que ça aurait pu avoir des conséquences fâcheuses.

Egoïstement, j’ai choisi de ne pas parler de cette décision à mon entourage. J’ai envie de me concentrer sur ma grossesse et de ne pas avoir à gérer les angoisses des autres. C'est notre histoire à Sébastien et moi. C'est déjà un gros travail que ma décision devienne nôtre. Le moment d'en parler autour de nous viendra ensuite quand Bébé sera là. 
Après la décision, vient le temps de trouver la personne que nous souhaitons pour nous accompagner dans cette aventure. Une sage-femme, sage et sereine du fait de son expérience, discrète, à l'écoute, dans le respect.

Je cherche à me protéger mais c'est quand même un peu compliqué de n'en parler avec personne. Heureusement qu'il existe des forums qui regroupent des mamans ayant les mêmes aspirations que les miennes. Je crois que le fait d'être dans la "clandestinité" renforce mon envie de me nourrir de lectures : à défaut d’en parler, je lis sur le sujet et chaque ligne me conforte dans mon choix.


Samedi 29 septembre 2012
Je me sens sereine et prête. Aucune inquiétude quant aux prétendus dangers : une fois qu'on s'est documenté, on comprend rapidement que c'est de la désinformation. Je fais entièrement confiance à ma sage-femme. 
J'ai conscience qu'on ne peut parler d'AAD qu'une fois que c'est terminé : il peut y avoir un transfert avant, pendant ou après. J'en suis consciente et je l'accepte d'autant mieux qu'il est rassurant que de se dire que la professionnelle qui m'accompagne ne prendra aucun risque. Si elle juge que c'est nécessaire, il faudra alors repenser le projet sinon c'est que tout va pour le mieux. 


Dimanche 23 décembre 2012
Plus les semaines passent, plus je me sens prête. J'attends avec impatience nos rendez-vous de suivi avec Muriel. Et j'ai beaucoup de chance car j'ai, une nouvelle fois, une grossesse qui se déroule parfaitement bien.
Mais voilà, il y a 15 jours, il a suffi d'un coup de téléphone pour mettre un grand coup de poignard dans mon rêve. Muriel m'annonce qu'elle a décidé d'arrêter les accompagnements à domicile ; sa décision inclut les couples qu'elle suit actuellement. La seule alternative qu'elle me propose c'est d'aller sur le plateau technique qu'on lui offre à Orthez. Mais je ne peux m'y résoudre : Orthez ça fait beaucoup trop de route et puis ce n'est pas mon projet.
Je suis effondrée ; 3 jours plus tard, j'ai un rendez-vous de suivi avec Muriel, elle m'explique plus en détails les motifs de sa décision. J'ai perçu un fort sentiment d'isolement qui lui pèse beaucoup : pression par rapport à l'hôpital qui ne reçoit pas très bien ses patientes lors du rdv d'ouverture du dossier, solitude par rapport à ses collègues libérales du coin qui ne la soutiennent pas alors qu'elle se sentirait soulagée d'avoir un binôme surtout en cas de doutes, peur des conséquences pour sa famille quant au fait d'exercer sans assurance,… 

Mon ressenti a donc beaucoup évolué : je suis passée de la colère à la compréhension mais pas à l'acceptation ! Je me suis également rendue compte que Sébastien avait bien cheminé par rapport au projet car il avait l'air sincèrement déçu. Je n'ai pas envie de renoncer à mon AAD et je suis donc bien décidée à me battre pour l'obtenir.
J'ai 2 pistes de travail : Muriel accepterait de m'accompagner à la maison puisque c'était le projet de départ si je parviens à trouver une seconde sage-femme qui soit également présente ce jour-là. Je commence donc à chercher activement.
J'essaie également d'envisager l'hypothèse qu'elle refuse l'AAD. J'ai fait un courrier la semaine dernière à l'hôpital pour demander l'autorisation qu'elle puisse m'accompagner pour mon accouchement. J'ai le rendez-vous d'ouverture du dossier vendredi, je vais peaufiner le projet de naissance que j'avais rédigé pour Louis et voir un peu ce qu'il en est pour l'éventualité d'un plateau technique sur Bayonne.

J'avoue que c'est dur de garder le moral : l'humeur varie selon les jours, il ne faut pas oublier que je baigne dans les hormones! Mais parfois la motivation laisse la place au découragement. Je n'avais pas envisagé cela pour ma fin de grossesse ; je rumine, je me prends la tête au lieu de préparer un nid douillet à notre bébé et de visualiser sereinement son arrivée.



Mercredi 16 janvier 2013

Les dernières semaines ont été difficiles. Plus l'échéance approche et plus je dois me rendre à l'évidence : faute d'avoir une sage-femme auprès de moi le jour J, je vais devoir renoncer à mon AAD.
J'avais trouvé une seconde sage-femme pour former le binôme mais Muriel n'a pas souhaité partir sur cette solution-là. J'ai tenté d'autres pistes, contacté toutes les sages-femmes de France qui sont répertoriées sur la liste AAD mais le temps est compté... En tout cas, cette démarche m'a permis de constater à quel point ces femmes qui accompagnent la naissance à domicile sont humaines, chaleureuses, solidaires et réconfortantes. Sms, mails, coups de fils m'auront permis de faire la connaissance de certaines d'entre elles. J'ai obtenu beaucoup de soutien mais évidemment pas de solution à mon problème.

Ma demande de plateau technique à l'hôpital de Bayonne a obtenu une réponse négative. J'ai tout de même réussi à rencontrer la chef de service pour lui dire à quel point il était important, à mon avis, d'offrir le choix aux couples du lieu et de la personne avec qui ils ont envie de donner naissance à leur enfant. Mon projet de naissance ne semble pas poser trop de problème. Je sais, cependant, que cela dépendra énormément de la sage-femme qui sera présente le jour J ; de la charge de travail qu'elle aura et de sa capacité à se détacher des protocoles pour laisser la possibilité à mon corps de faire son travail.

Le point un peu plus épineux concerne mon désir de sortie précoce: c'est-à-dire que je ne souhaite pas être hospitalisée après l'accouchement. C'est déjà assez dur de me dire que je ne vais pas pouvoir rester à la maison mais c'est juste inenvisageable de me dire que je vais devoir rester à l'hôpital.
Du point de vue gynéco, une sortie après les 2h de surveillance semble envisageable (surtout que j'ai déjà prévu le relai avec un suivi sage-femme à la maison). Par contre, la pédiatre m'a bien fait comprendre qu'elle n'autoriserait pas de sortie pour Bébé le jour de la naissance. Cela me contrarie car ça implique une signature de décharge ; sur le plan de la responsabilité, ça ne me pose pas de souci : que mon Bébé soit à l'hôpital ou à la maison je ne demande pas à un pédiatre d'en être responsable. C'est simplement que c'est tellement loin de ce que j'imaginais pour cette rencontre avec notre Bébé.

D'ici 3 semaines maintenant, notre Bébé sera là. J'essaie de ne plus trop me prendre la tête, de me laisser porter. Peut-être qu'il naîtra à Bayonne ou peut-être à Orthez si au dernier moment on se décide ou peut-être même à la maison s'il en a décidé ainsi, on verra bien... J'ai tout essayé, les dés sont jetés !

Ce matin, nous avons été filmés dans le cadre du tournage du film "Entre leurs mains" ; je vous en reparlerai bientôt.

8 commentaires:

  1. pfff j´t´avais écrit tout un msg qui s´est effacé donc jte le réécrirai mais par email plutot^^
    trop cool pour le film, il me tarde d´en savoir plus!!
    Plein de besos a la famille chérie!

    RépondreSupprimer
  2. Eh bien quel parcours du combattant... Ma belle fille a accouché à domicile, heureusement elle n'a pas autant galérée, la sage-femme qui l'a suivie était tout près et tout s'est merveilleusement bien passé...Elle nous avait annoncé dès le début son désir et la manière dont elle gérait nous a beaucoup rassurée et nous étions sereins le jour J et aussi le fait qu'ils sont à 5 mn de la maternité (au cas où...). Ma seule inquiétude était le risque que leur fille ainée, soit présente et soit choquée, ils l'avaient bien préparé, mais elle n'a que 5 ans... Mais bébé est arrivé la nuit et à son réveil, elle a trouvé une belle petite soeur. C'est vrai que c'est une aventure magnifique, mais qui demande un énorme investissement personnel et toutes les femmes ne sont pas à même de le faire, mais on devrait avoir la possibilité de choisir!
    Beaucoup de bonheur à vous
    Patricia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Patricia pour ce partage d'expérience.
      Votre belle-fille a eu bcp de chance de pouvoir vivre cette aventure (tout dépend de la région où on habite) et elle a de la chance d'avoir une belle-mère qui semble très ouverte d'esprit!

      Supprimer
  3. alors au final il est arrivé à la maison ou à l'hôpital ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A l'hôpital :-(
      Le récit arrive très vite.

      Supprimer
  4. Je croise les doigts pour toi ;) (Rêve d'AAD pour mon deuz, impossibilité, et finalement, PtitLoulou s'est pointé hyper rapidement dans mon salon, entre son père et moi... La suite avec le SAMU était rigolote... Et pour troiz, mon Jasmin, AAD planifié, mais Jasmin arrivée en 40 minutes avant la SF lol).
    Il y a l'inconscient qui joue beaucoup ;)
    Je te souhaite un accouchement de rêve dont tu pourras rêver des années après.

    Pleins de bonnes choses pour cette naissance si proche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou TM,

      Eloi est né il y a 10 jours.
      Naissance rapide mais pas assez pour nous surprendre dans notre salon :-( pourtant j'avais bien visualisé un accouchement rapide.

      Il n'y a plus qu'à espérer un aad pour le prochain!

      Supprimer