vendredi 29 janvier 2016

Le régime sans mucus d'Arnold EHRET

Je viens de terminer la lecture du livre 
"Le système de guérison du régime sans mucus" d'Arnold EHRET.


Sébastien l'a acheté il y a un mois, il a lu les 300 pages en 2 jours. Ce livre méritait donc que je me penche dessus.
L'idée n'est pas de perdre du poids mais d'être en bonne santé.

Arnold Ehret, né en Allemagne en 1866, étudia la physique, la chimie et le dessin qu'il enseigna. A l'âge de 31 ans, on lui diagnostiqua une maladie rénale, le mal de Bright, et il fut déclaré incurable. Il reprit alors des études médicales, tout en s'intéressant à diverses formes de traitements : végétarisme, guérison mentale, magnétisme, etc. et en suivant des cures dans des établissements pratiquant la naturopathie. Trouvant un certain soulagement dans cette dernière solution, il se lança dans des expériences afin de mettre au point son propre système de soins, principalement basé sur la consommation de fruits et le jeûne. Il guérit progressivement et sa méthode commença à acquérir une certaine renommée. Il ouvrit son propre institut et donna des conférences dans le monde entier.

Dans son livre, il explique que la majorité des maux dont souffre notre corps est due aux déchets qui viennent de notre alimentation et s'accumulent dans notre corps. La maladie est fonction de l'endroit du corps qui est encrassé. Les déchets sont appelés mucus. Il explique donc l'intérêt de suivre un régime pauvre en mucus et de faire des jeûnes qui vont permettre au corps de libérer les déchets et toxines accumulés. 
Il faut bien reconnaître que sur certains points il est un peu perché et que ses explications sont déstabilisantes car elles remettent en cause nos croyances scientifiques de base. Cependant, sa théorie est intéressante. Je préfère retenir les points qui me conviennent et laisser de côté ce qui n'est pas applicable pour nous.

Nous avions déjà amorcé un changement dans nos habitudes alimentaires, donc il ne s'agit pas d'un virage à 180° ; simplement de quelques modifications.
Globalement, pour que vous compreniez, les aliments pauvres en mucus sont les fruits et les légumes ; tous les autres contiennent du mucus en quantité plus ou moins importante (viande, poisson, œufs++, produits laitiers, céréales et surtout le riz, légumineuses, noix)

Nous ne mangions que très occasionnellement du poisson (à l'extérieur uniquement) donc sur ce point ça ne changera pas grand chose. Nous avons décidé de limiter à un repas par semaine la consommation de viande (en principe le samedi midi). Nous n'utilisons plus de lait de vache depuis quelques temps déjà : nous alternons entre le lait d'épeautre et le lait d'avoine qui sont très neutres en goût. Même chose pour la "crème fraîche" : crème liquide d'épeautre ou d'avoine. Nous utilisons une margarine végétale et on va tester un "beurre" végétal aussi. Mais ça fait déjà un moment que nous avons l'habitude de substituer le beurre dans les pâtes à quiche et certaines pâtisseries par de la purée d'amande ou de l'huile de coco. 
C'est au niveau du fromage que c'est le plus dur car on adore ça et j'en utilisais beaucoup pour la cuisine. On ne peut pas pour l'instant envisager d'arrêter complètement donc on limite à un plat ou deux par semaine et Sébastien et moi, on n'en mange plus à la fin du repas (les garçons en mangent selon leurs envies). Je sais qu'il existe certains fauxmages (fromages végétaux) mais nous n'avons pas de magasin vegan ici, seulement des biocoop où le choix est assez restreint : du fromage ail et fines herbes testé et approuvé et de la mozzarella à tester. C'est tout ! Pour les yaourts, c'est yaourts au soja.
Pour les oeufs, nous avons réussi à diminuer sans trop de difficultés ; sur janvier nous n'avons consommé des oeufs que dans les pâtisseries. 

J'ai diminué la fréquence des légumineuses et du tofu dans les menus. En effet, le piège quand on s'oriente vers l'alimentation végétarienne est de consommer trop de protéines végétales par peur de carence en protéines. J'ai aussi diminué la fréquence des céréales et je pense que nous ne mangerons du riz que très exceptionnellement. En ce qui concerne, les céréales, nous privilégions les céréales complètes donc pâtes complètes, farines complètes, pain complet (on a d'ailleurs bien réduit notre consommation de pain)

Nous mangeons beaucoup de fruits, pas de grand changement là non plus car on en mangeait déjà beaucoup avant. Les garçons peuvent en manger des quantités impressionnantes. Ce qui change c'est qu'on les mange en début de repas puis on fait une pause de 10 minutes et on mange le plat. Le soir, c'est une véritable entrée avec, en général, de la pomme et de la poire cuites, des pruneaux et un fruit cru (banane ou pomme). C'est juste un délice. On mange beaucoup plus de salades, de feuilles d'épinards et de crudités (carottes râpées, céleri râpé, champignons, radis,...) Ces aliments pauvres en mucus ont l'avantage de neutraliser le mucus des autres aliments et de lui montrer le chemin vers la sortie.

Nous ne buvons plus pendant les repas. Nous attendons 30 minutes après la fin du repas pour recommencer à boire. Le soir au coucher, nous buvons une tasse avec le jus d'un demi-citron dans de l'eau tiède.

Vous pouvez découvrir mes menus par ici. Nous mangeons encore de tout car cela reste compliqué de manger à 100% quand on veut garder une vie sociale mais je suis contente du chemin parcouru...

Si cela vous intéresse, le livre est en ligne ici (même si je pense que la lecture sur l'écran doit être bien fastidieuse)


Je vous souhaite à tou(te)s une belle et douce journée et je vous dis à bientôt...


    

                                                                                                                                Cécile

2 commentaires:

  1. Coucou ! Tu me fais découvrir encore un nouveau truc! Ici j'essaye d'introduire de plus en plus de plats végétariens à la maison mais je me séné bien seule... je pense que vous soyez deux à croire en tout ça est vraiment une chance ! Profites en bien 😉 gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ça aide beaucoup d'avoir la même conception de l'alimentation. Ce qui est curieux c'est qu'il n'arrive pas encore à l'appliquer aux enfants.

      Supprimer